Archives pour la catégorie Niveau Débutant

Entretenir son Zotero

Après avoir constitué puis alimenté votre base de données Zotero, il reste aujourd’hui à l’entretenir. Vos différents essais et une utilisation au quotidien (j’espère) nécessite probablement un petit nettoyage que je vous invite à renouveler régulièrement!

I Faire des sauvegardes

Et oui, encore une fois, faites des sauvegardes régulières (personnellement, j’en fais une par mois). Ce sujet est suffisamment sensible pour lui avoir consacré son propre article. Donc avant d’entamer le nettoyage, faites une petite sauvegarde 😉

II Faire le ménage dans ses notices

Ici, pas question de vous dire qu’elles sont les notices qu’il vous faut garder (à vous de supprimer celles qui sont devenus inutiles)!

Il s’agit dans un premier temps de supprimer les notices devenues orphelines. Zotero suit une logique de notice mère/filles : vous pouvez avoir une notice dans plusieurs endroits (collections) mais au final il n’y a qu’un enregistrement. Toutes modification de l’un modifie les autres (on en parle ici : « II Les notices dans les collections »).

Si vous supprimez une notice de l’unique collection où elle se trouve (sur un clic-droit – « Retirer le document de la collection »), celle-ci va se retrouver dans les « limbes ».

2016-05-27-213419_1440x796_scrot.png

Ces « limbes » dans Zotero sont une collection qui porte le nom de « Non classés ». A vous de voir si ces notices sont d’une réelle utilité. Personnellement quand je fais du ménage sur une/des notice(s) ou une collection, j’utilise « Retirer le document … » et « Supprimer la collection » – et pas « Supprimer la collection et ses documents » – et je viens ensuite ici supprimer les documents orphelins.

2016-05-27-215609_1440x796_scrot

Dans un second temps, nous allons nous occuper des doublons. En application de ce système de notice mère/filles, pour Zotero c’est un soucis quand deux notices »autonomes » existent pour un même document. Il est même capable de détecter quand deux notices sont très proches. Il vous fait part de ce résultat dans la collection « Doublons » (1).

Cet outil est très puissant et vous permettra de remédier à de nombreuses erreurs. Il lie les deux notices qui décrivent le même éléments et vous propose d’en garder qu’une en les fusionnant (2) et de récupérer ou pas les champs différents des notices (3).

2016-05-27-222251_1440x796_scrot

Cependant, ne lui faites pas une confiance aveugle car il peut considérer comme doublons des ouvrages distincts. Par exemple, pour lui les différents volumes d’un ouvrage sont des doublons. A ma connaissance, on ne peut pas lui indiquer que deux éléments ne sont pas des doublons.

III Faire le ménage dans les fichiers joints

Sans que vous en ayez conscience, des fichiers ou des liens peuvent être joints aux notices et sont, pour moi, inutiles (faites une recherche sur « sudoc, amazon… ») et à la corbeille! Parfois, j’ai des notices où le pdf est joint automatiquement et je n’ai pas besoin de consulter, à supprimer donc.

2016-05-27-225646_1440x796_scrot

IV Faire le ménage dans ses marqueurs

On en a déjà parlé dans ce sujet (à la partie « III Les marqueurs »), les marqueurs ajoutés automatiquement (1) peuvent être aussi supprimé ou modifier pour correspondre à vos marqueurs. Une manip’ toute simple dans les préférences permet de ne plus les importer (2) – à noter que le champs du dessus permet de ne plus associer les pdf automatiquement (trop radical à mon goût!).

2016-05-27-221105_1440x796_scrot

Félicitation : vous venez de réaliser le grand ménage dans votre bibliothèque (et aussi de gagner quelques mo dans votre profil Zotero – et on arrive vite à 300 mo)! Opération à renouveler régulièrement bien sûr.

Prendre en main Zotero (Partie 3)

Après les deux précédents articles pour « Prendre en main Zotero », où vous avez dompté le logiciel et appris où trouver les notices bibliographiques pour alimenter votre base de données, nous allons voir ici comment organiser votre bibliothèque Zotero et retrouver vos informations au quotidien (notices, fichiers joints et marqueurs). Il s’agit donc d’une application concrète (en archéologie préventive) de la théorie que vous avez pu lire dans les tutos précédents :

I Organiser sa bibliothèque avec les collections

Par organisation, on va voir quelle logique vous pouvez suivre pour ranger vos notices bibliographiques dans les collections/sous collections (les dossiers de votre bibliothèque Zotero).

Vous pourriez suivre l’une des trois suivantes : un classement thématique (avec par exemple une collection pour  : la méthodologie, les généralités, l’urbain, le rural, la céramique…), un classement chronologique (avec des collections sur la préhistoire, la protohistoire…) ou un classement par type de support (les livres, les articles, les rapports…).

Chacune de ces logiques a ses avantages et ses inconvénients. Ainsi, dans les deux premiers exemples, il est fréquents d’avoir un document qui aborde plusieurs thèmes et donc rentre dans plusieurs catégories, faut-il alors mettre une copie de la notice dans chaque sous-collection? Le troisième classement me semble employer trop peu de sous-collections où les éléments n’ont plus de connexions logiques entre eux.

A vous de voir sur quelle base partir (et de faire part de vos expériences dans les commentaires!). Pour information, j’utilise un mélange des trois qui est calqué sur le rangement de ma bibliothèque physique (un rayon correspond à une collection), ainsi je passe facilement de l’une à l’autre.

Il faut savoir que de base Zotero classe vos collections par ordre alphabétique. Pour appliquer un autre classement, mettre des nombres devant. Par exemple :

Catégories

II Les notices dans les collections

Maintenant que vos différentes collections et sous-collections sont crées, vous vous apprêtez à créer, pour un document donné (un article par exemple), une notice dans chaque collection au thème abordé par cet article. Eh bien non!

Zotero est un super outil car il permet de créer une fois la notice (notice mère) dans une collection et d’en disposer des « clones » (notices filles) dans d’autres collections (ou sous-collections). Toute modification de l’une entraine automatiquement la modification des autres. C’est aussi simple qu’un glissé/déposé de la collection source à celle de destination :

Glissé_déposé

A cela deux constats : le premier vous comprenez, peut-être enfin, pourquoi Zotero sur un clic-droit vous propose de « Retirer le document de la collection » (la notice est supprimée de la collection, ses « clones » subsistent) ou « Mettre le document à la corbeille » (la notice disparaît de toutes les collections). Le second, montre qu’il faut utiliser l’option « Dupliquer le document » avec précaution. Puisque si pour créer la notice d’un document vous dupliquez un précédent et modifiez la notice d’origine et non le duplicata : les notices mère et filles (s’il en existent) seront modifiées. dupliquer_supprimerMéfiance aussi lors du transfert de notice de votre bibliothèque à un celle d’un groupe et inversement puisque Zotero n’applique pas ce principe de notice mère/fille entre les deux. Ainsi, vous créez une notice (pour un rapport par exemple) dans votre bibliothèque. Vous faites un glissé/déposé vers une bibliothèque de groupe et là vous modifiez cette notice (ajout ou retrait d’informations). Même si vous êtes propriétaire de ce groupe (avec tous les droits) la notice n’est pas modifiée dans votre bibliothèque! Là où c’est encore plus sournois, c’est que le retour de cette notice modifiée du groupe vers votre bibliothèque par un glissé/déposé vous donne une notice dans son état non modifiée! La solution c’est de supprimer la notice originale dans votre bibliothèque (la mettre à la corbeille) avant de rapatrier la notice modifiée.

Vous vous dites que vous avez probablement plusieurs versions d’une même notice (des doublons dans Zotero)? Un prochain post vous expliquera comment les fusionner!

III Les marqueurs

Même avec le système des notices mère/filles, il peut être fastidieux de mettre un exemplaire d’une notice dans toutes les sous-collections abordées par l’ouvrage. Là, Zotero vous aide avec le système des marqueurs. Grâce à eux, vous étiquetez vos notice avec vos propres mots-clés pour mieux les retrouver. Ce système est accessible dans la fenêtre de droite, dans l’onglet « Marqueurs ». A noter, qu’ils bénéficient d’une saisie semi-automatique donc vous ne risquez pas de vous retrouver avec le même marqueurs écrit différemment (par exemple : Sépulture, sépulture, Sépultures, sepulture…).

Marqueurs2

Dans le cas ci-dessus, notez que l’enregistrement de la notice à partir de Revues.org à conduits à importer automatiquement les mots-clés de l’article en marqueurs (ceux avec l’étiquette orange). A vous de voir s’ils vous sont utiles! Ceux qui sont créés par l’utilisateur ont une étiquette bleu (« Sépultures médiévales » ici).

Cela vous semble fastidieux d’appliquer et de gérer vos marqueurs pour vos notices. Une notice pouvant nécessiter beaucoup de marqueurs. Un prochain post vous expliquera comment vous simplifier la vie!

IV Les fichiers joints

C’est bien beau d’avoir organisé à merveille votre bibliothèque Zotero mais c’est la pagaille dans votre bureau vous avez des photocopies partout et c’est pas mieux sur vos disques durs vous ne savez pas où sont vos scans et vos pdf.

Pas de soucis, Zotero va aussi vous aider : vous pouvez lier ou joindre des fichiers aux notices. Dans le premier cas, vous indiquez à Zotero où trouver sur votre disque (vos disques) un fichier en rapport avec la notice. Dans le second, vous importez dans votre dossier personnel de Zotero une copie du document. Au final, avec les deux méthodes, un simple double-clic sur l’élément permet d’ouvrir le document associé.

Fichier joint.png

Ce qui est formidable c’est que vous n’êtes pas limité à certains types de fichiers. Ainsi au-delà des jpg et des pdf vous pouvez lier/joindre à vos notices (de travaux universitaires ou de rapport d’opération) par exemple vos textes en .doc, vos bases de données, shapefiles & co! Naturellement, le lien ne sera valable que sur le poste où est stocké le fichier alors que la jointure vous donne accès au fichier sur tous vos ordinateurs.

Si vous choisissez de joindre les fichiers aux notices, faites cependant attention car votre compte Zotero est limité à un volume de stockage sur le serveur de 300 mo. Un autre article de ce blog approfondis ce sujet ici!

III Retrouver ses informations dans Zotero

Bien sûr, il faut utiliser la fonction recherche de Zotero (avec ses diverses options).recherche

Ne la sous-estimez pas car elle peut être très puissante. Par exemple dans le cas ci-dessous, en sélectionnant une recherche « Partout » elle renvoie que le terme recherché est présent sur la copie de la page web (« Snapshot » ou cliché) jointe à la notice.

Recherche partout.png

Vous vous dites que ce serais bien si Zotero pouvait aussi faire cette recherche dans le contenus de vos pdf (pas les pdf image bien sûr!). Et bien nous verrons ça dans un prochain article.

Un autre outil, en bas à gauche de votre fenêtre Zotero permet de faire des recherches sur les marqueurs associés à vos notices. Assez simple d’emploi : vous saisissez une partie d’un mot du marqueur souhaité dans la barre de recherche, vous le retrouvez et un clic affiche toutes les notices associées à ce marqueurs.

Recherche marqueurs.jpg

Notez que de base seuls les marqueurs des notices de la collection (ou sous-collection) où vous êtes sont affichés (quand vous êtes à la racine de votre bibliothèque ils sont donc tous affiché). Au besoin, vous pouvez choisir d’ « Afficher tous les marqueurs de cette bibliothèque » pour voir dans ce dossier tous vos marqueurs mais ne sont sélectionnable que ceux en noir (ceux du dossier). Dans le cas présent, on en voit l’utilité pour deux marqueurs « proches » : verre et Verres dont un seul est dans la collection.

L’option « Afficher les marqueurs ajoutés automatiquement » permet d’avoir ou pas les marqueurs qui sont enregistrés automatiquement lors de l’import de notice (cf supra partie III) et qui peuvent polluer vos marqueurs personnels à la longue.

 

Voici, c’est finis pour cet article, un peu dense certes, qui je l’espère vous permettra de mieux prendre en main Zotero!

Prendre en main Zotero (Partie 2)

Le triangle des ressources pour la constitution des notices sous Zotero

C’est décidé, vous allez utiliser Zotero pour votre prochain rapport, article…Oui mais le fait de saisir pleins d’informations dans votre base Zotero vous rebute car chronophage…

Si vous avez étudié le tutoriel proposé précédemment pour prendre en main l’outil, vous savez qu’il est possible de récupérer ces données à partir de sites internet compatibles avec Zotero. Ici, il faut donc juste savoir quoi récupérer et où !

Pour le « quoi », il faut reconnaître qu’une bibliographie en archéologie (préventive) est principalement constituée de livres, de chapitres de livres, d’articles et de rapports. Pour l’instant, on ne traitera pas des autres types (cartes, manuscrits…) qui sont franchement minoritaires.

Aucune source unique ne peut vous fournir les notices de ces quatre types de document d’une manière parfaite. Il faut donc connaître les meilleures et les éléments à corriger pour obtenir le résultat voulu. Je vous propose donc un triangle de ressources : le SUDOC (soit le catalogue du Système Universitaire de Documentation) pour les livres, FRANTIQ (avec le catalogue des bibliothèques du réseau Frantiq) pour les rapports et RI-Opac ( le catalogue de Regesta Imperii Online en Allemagne) pour les articles/chapitres de livres.

NB : dans les cas qui suivent, les exemples seront présentés en suivant les normes de la Revue Archéolgique du Centre de la France (disponible ici)

L’exemple d’un livre sur le SUDOC :

Archéologie et histoire d’un prieuré bénédictin en Beauce : Nottonville (Eure-et-Loir), Xe-XVIIe s. dirigé par Ph. Racinet

Archéologie et histoire d'un prieuré bénédictin en Beauce : Nottonville (Eure-et-Loir), Xe-XVIIe s., 2006, 504 p.

Le SUDOC propose cette notice :

Sudoc_Livre2

Enregistrée dans Zotero, elle donne ceci :livre notice brute2

Quelques corrections plus tard (ajout d’un espace devant les « : » du titre, suppression du CTHS comme éditeur dans les « auteurs », idem on enlève la date dans le champs éditeur et « France » dans le champs lieu) :livre notice corrigée2

On obtient ainsi :

LIvre_biblio2

L’exemple d’un chapitre de livre (ou une contribution) sur RI OPAC :

L’approvisionnement de la ville en matériaux de construction par S. Joly dans l’ouvrage Tours antique et médiéval
Une recherche sur le livre fournit tout le sommaire (noter que la fonction « enregistrer dans Zotero » permet de récupérer l’ensemble des notices des chapitres de l’ouvrage ») :
joly
La notice fraîchement importée dans Zotero :
notice joly
Une fois modifiée (correction d’une faute dans le titre, ajout du directeur de l’ouvrage, du titre complet, du n° de supplément, du lieu et de l’éditeur) :
joly2
Le résultat :
joly3

L’exemple de deux articles sur RI OPAC :

Ce catalogue est complet car il fournit à la fois des notices sur des articles très récents et sur des articles plus anciens dans des revues à diffusion plus limitée.

Pour s’en convaincre, il suffit d’observer le résultat d’une recherche avec pour auteur « Laurent Beuchet » :

BeuchetAutant prendre le plus récent comme notice d’exemple :

beuchet2014Ici, hormis l’ajout d’un espace avant les deux points, rien à modifier pour obtenir cela : beuchet2014_biblio

A titre d’exemple, pour les articles anciens et moins diffusé (sans revenir dans le détail des modifications) on trouve l’article sur le peigne mérovingien par L. Palustre dans le Bulletin de la Société Archéologique de Touraine de 1886-1888.

Pallustre

L’exemple d’un rapport sur FRANTIQ :

Prenons le cas d’un rapport à Bazoches-les-Gallerandes (45) par B. Vanderhaegen accessible par une recherche sur le catalogue :

vanderhaegenL’import de la notice est ainsi :

BVDH1Corrigée (modification du type en article, renseignement des pages – pour ce dernier point, l’information est présente dans la notice FRANTIQ) :BVDH2

Au final, on obtient :BVDH3

Un long article qui vous permettra d’utiliser pleinement l’import de documents sous Zotero à partir de catalogues compatibles (rien n’est encore parfait, donc affaire à suivre…).

Les styles en archéologie

Soyons franc, pourquoi utiliser Zotero s’il ne permet pas de formater la bibliographie au style que l’on souhaite? ( oui bon, pour gérer ses fiches de lecture, mais c’est pas l’utilisation de tout le monde…)

Il est donc essentiel de savoir avant d’utiliser Zotero, ou en cours de route avant de rédiger, s’il existe un style pour le support où vous souhaitez écrire.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec Zotero, un style est un fichier qui permet à Zotero de formater une bibliographie aux normes du support pour lequel il a été créé.

Il se présente sous la forme d’un fichier *.csl. Tous les styles disponibles sont dans les dépôts officiels.

L’intérêt de cet article et donc de vous présenter les styles existants en archéologie sans que vous ayez à parcourir le web pour les dénicher (s’il en manque je suis donc preneur pour compléter ma liste).

En archéologie préventive, le style primordial est le style DAF (documents d’archéologie française). Si vous ne le savez pas déjà, ces normes sont celles des rapports d’archéologie préventive (Article 6 de l’Arrêté du 27 septembre 2004 portant définition des normes de contenu et de présentation des rapports d’opérations archéologiques )

Le style DAF est disponible sur les dépôts officiels.

Une fois le rapport écrit, il est bon de vouloir en publier les résultats. Les supports, en français, qui concernent le plus de chercheurs sont les revues nationales et interrégionales (pour les définir, on utilisera ici le travail coordonné par G. Aubin en 2007 : « Enquête sur les revues d’archéologie du territoire national » pour le Ministère de la Culture et de la communication sur la période 1995-2004) .

Les revues nationales sont :

  • Quaternaire (le style ne semble pas exister)
  • Paléo (le style ne semble pas exister)
  • Bulletin de la Société préhistorique Française (le style est disponible sur les dépôts officiels)
  • Gallia Préhistoire (le style ne semble pas exister)
  • Gallia (le style est disponible sur les dépôts officiels)
  • Archéologie Médiévale (le style est disponible sur les dépôts officiels)
  • Revue d’Archéométrie (le style ne semble pas exister)

Les revues interrégionales sont :

  • Aquitania (le style ne semble pas exister)
  • Revue Archéologique de l’Ouest (le style ne semble pas exister)
  • Revue Archéologique du Centre et de l’Île-de-France (le style est disponible sur les dépôts officiels)
  • Revue du Nord (le style ne semble pas exister)
  • Revue Archéologique de l’Est (le style ne semble pas exister)
  • Documents d’Archéologie Méridionale (le style est disponible sur le site du Centre Camille Jullian de l’Université d’Aix-Marseille)
  • Revue Archéologique de Narbonnaise (le style ne semble pas exister)
  • Archéologie du Midi Médiéval (le style ne semble pas exister)

Voici un point rapide sur la question, j’ajouterai peut être plus tard une suite avec les autres revues. Si le style de la revue que vous cherchez n’existe pas (dans les dépôts officiels ou ailleurs sur le net), ne vous découragez pas car la situation évolue rapidement !

Rapidement, autres supports :

  • La Collection « Archéologie et Culture »des Presses Universitaires de Rennes (le style est disponible sur les dépôts officiels)

P.S. : n’oubliez pas qu’il est possible de faire des styles Zotero (et de les faire valider), donc pourquoi ne pas essayer (ça devrait faire l’objet d’un prochain article) ?

Prendre en main Zotero (Partie 1)

L’objectif ici est de vous permettre de vous former rapidement à Zotero et de l’utiliser au quotidien dans votre pratique de l’archéologie.

Logiquement ce tutoriel comprend au moins deux parties : une initiation générale au logiciel Zotero et comment l’utiliser (je l’utilise) pour gérer une bibliographie.

Ici pour débuter, ce sont les généralités sur le logiciel qui vont nous intéresser. On va supposer que vous avez effectué des recherches sur internet, été convaincu par un collègue… Et vous souhaitez vous mettre à Zotero!

Oui, mais quel tutoriel suivre? Ici je ne vais pas réinventer l’eau chaude et créer un énième tuto. Non, je vous conseille celui de Crévilles.org (de la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire de Tours – 37). Il est particulièrement bien fait et ceci en une trentaine de pages (le télécharger ici!):

 

Si vous le suivez sérieusement, il vous permettra de faire vos premiers pas sous Zotero et de prendre de bonnes habitudes dès le commencement.

Bon courage et bon Zotero!

P.S. : pour les plus curieux, d’autres tutoriels sur d’autres aspects du logiciel, sont disponibles sur leur page de tutoriels.